Question de confiance

par Robert Namias

Robert Namias. L'Hémicycle

Robert Namias. L'Hémicycle

Cette fois on aurait bien besoin de la potion magique de Panoramix ou, à tout le moins, de la pierre philosophale qui transforme le plomb en or ! Malheureusement pour l’heure rien ne se profile et le fameux bout du tunnel déjà promis par Jacques Chirac dans les années 1980 n’est toujours pas à l’horizon. Pour autant, sauf à se dire que nous ne sommes plus qu’un petit pays encalaminé dans un vieux continent, il faut bien imaginer que l’on sortira un jour de la crise. Ce ne sera le fait ni d’un miracle ni d’une baguette magique, mais le résultat d’une politique à long terme appliquant à l’échelle de la France et de l’Europe de nouvelles règles de conduite économique et financière. Rigueur, réformes fiscale et bancaire, redistribution de la richesse, et sans doute mutualisation de la dette dans la zone Euro, autant de passages obligés après la présidentielle, quel(le) que soit l’élu(e).

Cela suffira-t-il à stopper le cercle vicieux si souvent décrit : pas de croissance, plus de chômage ; augmentation du chômage, diminution de la consommation ; moins de consommation, encore moins de croissance, un schéma de crise aggravé par un endettement qui place de nombreux États en situation de faillite inavouée ?

En fait, l’histoire et l’expérience nous ont appris que le retour au cercle vertueux suppose une condition : que la confiance revienne. Et au premier chef la confiance dans la parole des politiques. Voilà des années, pour ne pas dire des décennies, qu’à droite comme à gauche les promesses intenables, les mensonges électoraux, les paris impossibles ont fait office de programme économique. La défiance des peuples à l’égard de leurs dirigeants constitue aujourd’hui le handicap apparemment indépassable qui plombe toute tentative de redressement. Redonner de la crédibilité au discours politique, redonner envie et confiance aux Français, qui ne croient plus en rien. Seuls des actes conformes au discours et une cohérence d’action dans la durée pourront susciter un retour de cette confiance.

On est pour l’instant loin du compte !

Les commentaires sont fermés.