Accueil / Innovations / Connexion vers le futur
arrowRetour
Innovations

23 septembre 2011

Connexion vers le futur

[caption id="attachment_73" align="alignleft" width="300" caption="Photo Stephen Chernin / AFP"][/caption] La révolution numérique n’a pas fini de changer notre quotidien. L’univers d’Internet dévoile une réalité qui ne cesse de dépasser la fiction. Exemples. Une nouvelle révolution de notre univers numérique se profile à l’horizon. Elle porte un nom barbare : l’Internet des objets. Pourtant l’idée est simple : un jour prochain, nos voitures, téléviseurs, cafetières ou réfrigérateurs seront connectés à Internet. Ce qui ne va pas sans poser de nombreuses questions. Le vieux rêve de la domotique, cette maison intelligente que les arts ménagers nous ont fait miroiter depuis les années 1950, sera bientôt notre réalité quotidienne. En mieux même, puisque cette intelligence viendra se nicher dans bien d’autres lieux que le domicile. Magasins, infrastructures de transports en commun, c’est tout notre environnement quotidien qui va intégrer l’immense écosystème d’informations qui circulent déjà autour du globe. Les bouleversements attendus de cette connexion globale de notre environnement quotidien sont multiples. Ces informations envoyées alimenteront les outils d’analyse et d’aide à la décision. Ainsi par exemple, la simple mise en place de compteurs électriques intelligents permettant l’optimisation de l’utilisation et une meilleure efficacité énergétique permettrait de baisser de 30 % la consommation des foyers. Selon Geoffrey Zbinden, directeur chez Orange Business et spécialiste du concept, « cette technologie pourrait contribuer au mouvement des “villes intelligentes”, car les grandes municipalités luttent pour réduire leurs émissions de carbone et accroître leur efficacité opérationnelle ». L’utilité écologique de cette révolution numérique, par sa capacité à chasser les gaspillages, sera un facteur important de son succès. Mais les avantages n’iront pas sans certains risques : où seront stockées toutes ces données ? Qui pourra y avoir accès ? Comment, par exemple, éviter le piratage d’un rayon de supermarché pour faire croire qu’il est vide et générer une commande ? Autre situation qui serait très dommageable : le piratage des données relatives à la circulation sur les périphériques parisiens aux heures de pointe qui pourrait paralyser toute l’Île-de-France... Cette révolution nécessitera de plus des investissements conséquents sur les infrastructures de réseau car le volume d’informations échangées va considérablement augmenter. De nouveaux métiers vont apparaître. Les forces de police notamment devront massivement acquérir des compétences informatiques. Lois et règlements vont devoir être repensés et discutés. La connexion de notre environnement quotidien va changer le monde. En mieux, c’est l’espoir des promoteurs de ce concept. En pire aussi, si nous n’en anticipons pas les conséquences. Une révolution vécue au quotidien Véhicules, infrastructures de transports, maisons, tous ces objets et lieux « intelligents » vont transmettre des informations et recevoir des ordres qui vont changer notre vie au quotidien : par exemple, le véhicule pourra transmettre régulièrement les données sur son état (niveau d’huile, usure des freins, pressions des pneumatiques). L’autoroute préviendra les automobilistes d’un bouchon dès que celui-ci se formera afin qu’ils ralentissent ou qu’ils prennent un itinéraire moins chargé qui sera déterminé en fonction des informations de destination que le conducteur fournira. Il sera possible de suivre en temps réel l’état d’un réseau d’adduction d’eau. La télévision, au fait des préférences des spectateurs, proposera en priorité une sélection de programmes répondant au mieux à leurs goûts. Cette connexion permanente aura aussi de grandes répercussions dans le domaine de la sécurité : un objet « intelligent » volé sera immédiatement géolocalisable grâce à son identifiant réseau unique. Le chiffre 50milliards d’objets connectés via Internet d’ici 2020, estiment les spécialistes du marché « Machine to Machine » (M2M). En 2010, le monde ne comptait que 2 milliards d’internautes.

Les autres articles

Innovations

5 mars 2014

La neutralité du Net dans la main des députés européens

©AFP Faut-il laisser aux opérateurs de télécom la possibilité de répartir la bande passante selon leurs propres critères ou les obliger à transmettre les données sans discrimination ? Les...
Innovations

20 novembre 2013

« Numérique : plus de 14 000 initiatives d’élus et de collectivités échangées sur notre plate-forme »

Florence Durand-Tornare, fondatrice de l'association Villes Internet Entretien avec Florence Durand-Tornare, fondatrice et déléguée de l’association Villes Internet. A-t-on raison de...
Innovations

19 novembre 2013

« Le très haut débit pour tous est en train de devenir réalité »

Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’économie numérique (DR) Selon Fleur...
Innovations

19 novembre 2013

Fracture numérique : misons sur l’appropriation et le développement des usages

Jean-Yves Charlier, président-directeur général de SFR (photo : B. Sidler) Selon le président-directeur général de SFR, résumer la fracture numérique à la seule question de la couverture...
Innovations

19 novembre 2013

« Le très haut débit pour tous, ce n’est pas qu’un impératif économique, c’est un projet de société »

Martine Aubry, maire de Lille er présidente de Lille Métropole (P. Kovarik / AFP) L’ensemble des habitants de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) sera relié à la fibre optique d’ici...
Innovations

19 novembre 2013

Le numérique s’invite aux élections municipales

Gérard Labriet / AFP Il est aujourd’hui la locomotive de l’économie française et facilite le quotidien des Français qui ne peuvent désormais plus s’en passer. Difficile aujourd’hui pour...
fermer