Accueil / Politiques / L’exemple de Pernod
arrowRetour
Politiques

17 octobre 2012

L’exemple de Pernod

[caption id="attachment_1488" align="alignleft" width="300" caption="Judith Matharan. Crédits photo : Vincent Desailly"]Judith Matharan[/caption] Pour le géant des spiritueux Pernod, le numérique est une priorité en interne: bilan d’une phase d’expérimentation d’initiatives TIC originales chez Pernod par Judith Matharan, en charge de la communication interne et du digital. À partir de quand et pour quelle raison Pernod a-t-il senti qu’il était nécessaire de s’intéresser aux usages des TIC en entreprise ? Le point de départ consistait à insérer au coeur de nos équipes les réflexes induits par l’innovation et le numérique. Nous souhaitions nous lancer dans les mécaniques des réseaux sociaux en étant armés. Cette volonté partait d’une idée forte: l’importance pour nous de travailler dans le contact, dans la convivialité. Pourtant nos équipes ne savaient pas forcément bien retranscrire cette valeur de marque dans le monde digital. Avant quoi que ce soit, nous avons produit des études d’usage: est-ce que les employés achètent en ligne, comment se connectent-ils au Net (voire sont-ils connectés?). On part souvent de l’idée reçue que ce sont les plus de 35 ans qui sont les moins sensibles au numérique, mais c’est bien plus compliqué… Par exemple, l’absence de mobilité de poste, ou encore le niveau de formation, peuvent être des indices de rétractabilité au numérique. Quelles ont été les initiatives lancées en ce sens ? Il y a deux ans, nous avons travaillé de manière expérimentale sur une plateforme collaborative destinée à l’ensemble des collaborateurs. Il s’agissait d’un blog où chacun pouvait créer un profil, déposer une idée, et commenter les articles publiés. Cette expérience nous a appris que tout le monde voulait contribuer. Du coup, nous avons lancé une nouvelle version d’Intranet collaboratif entièrement créé par les salariés, et équipé toute notre force de vente d’iPhones sur lesquels nous n’avons pas imposé un usage strictement professionnel. Même chose dans le cadre des usines, où nous avons placé des cybercafés, accompagnés de formations sur l’ensemble des usages d’Internet. Nous avons également monté des « quarts d’heure digitaux » auprès du comité de direction afin qu’ils puissent montrer la voie. On y vient présenter un concept, une idée, une tendance. Ça permet d’attirer l’attention sur des problématiques liées à leur activité, et montre que le numérique n’est pas cloisonné, et touche chacune de leurs activités. Ce principe a été étendu au reste des employés sous forme de vidéos réalisées pour l’interne et par l’interne.

En collaboration avec Logo SFR Player , le magazine des mondes numériques

Abdel Bounane Article paru dans le numéro 453 du mercredi 17 OCTOBRE 2012

Écrit par

Abdel Bounane, en collaboration avec SFR PLAYER

Les autres articles

Innovations

9 avril 2018

André Santini : « Pour faire la ville de demain, il faut des “smart mayors” et des acteurs publics qui osent »

Entretien avec André Santini, ancien ministre, maire d’Issy-les-Moulineaux et vice-président de la Métropole du Grand Paris.

Innovations

9 avril 2018

« IssyGrid », le précurseur français de la ville intelligente

La France, toujours frileuse en matière d’innovation ? La ville d’Issy-les-Moulineaux fait mentir cet adage, en tout cas en matière de « smart city », et développe depuis maintenant six ans son propre « quartier intelligent ».

Innovations

9 avril 2018

Smart city : chic et intelligence

Are you digital ready ? À l’occasion du Salon des maires d’Île-de-France 2018 (Paris Event Center, La Villette, du 10 au 12 avril), L’Hémicycle a souhaité faire le point sur la digitalisation de la région capitale.

Innovations

9 avril 2018

« Confronter les start-up à la réinvention du modèle communal »

Entretien avec Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes, président de l’Association des maires d’Île-de-France (Amif)

Politiques

22 février 2018

Sonia Krimi : le rêve d’une France de culture

C’est une jeune femme souriante qui nous reçoit dans son bureau de l’Assemblée nationale. Quand on l’interroge sur ces quelques cinq ou six mètres carrés où la députée de La...
Cultures

21 février 2018

Les raisons du « malheur législatif »

Denis Baranger, professeur de droit public à l’université Panthéon-Assas, publie Penser la loi, Essai sur le législateur des temps modernes (Gallimard). La grande histoire de la loi, ses nombreuses métamorphoses, des temps anciens à nos jours

fermer