Accueil / Politiques / Mal dans leur peau
arrowRetour
Politiques

19 octobre 2011

Mal dans leur peau

Par Joël Genard
Les indicateurs de confiance sont au plus bas. Selon une étude TNS Sofres, de plus en plus de Français se sentent frustrés et se mettent à l’écart du système économique et politique. Jamais les Français n’ont été aussi pessimistes... C’est le principal constat de l’étude TNS Sofres réalisée pour le compte de l’agence Australie. La photographie de l’état d’esprit de nos concitoyens est bien sombre. À 88 %, ils sont inquiets pour la situation économique de la France. À 76 %, ils le sont aussi pour leur situation personnelle, notamment en matière de niveau de vie et de pouvoir d’achat. « L’opinion décroche sur plusieurs sujets, comme si les Français étaient de plus en plus nombreux à vouloir se tenir à l’écart du système », estime Vincent Leclabart, patron de l’agence Australie et commanditaire de cette enquête. Les courbes de pessimisme convergent. Il y a déjà eu deux pics équivalents ces dix dernières années. En 2005, après le « non » au référendum sur le traité constitutionnel européen, et en 2008, en raison des désillusions postélectorales. La crise actuelle de la dette, l’affaire Dexia, la remontée du chômage, rendent les Français particulièrement inquiets. Pour eux, la crise vécue depuis dix ans au plan personnel et depuis trois ans au plan collectif ne semble pas près de s’arrêter. 56 % des Français déclarent ainsi ne pas gagner assez pour pouvoir vivre comme ils le souhaitent. 40 % déclarent vivre difficilement avec leurs revenus actuels et 27 % disent se priver en permanence ou souvent pour des raisons financières. 80 % croient de moins en moins les politiques Pour les Français, la vie politique les ennuie à 42 %. Leur opinion sur les hommes politiques s’est aussi dégradée en trois ans. Ils sont 80%, soit 3% de plus qu’en 2008, à croire de moins en moins les politiques. Dans leur univers de consommation aussi, les Français décrochent. Pour la première fois depuis la création de l’étude il y a huit ans, les indifférents et opposants au modèle « consommatoire » sont majoritaires (63 %). Si l’amour pour les marques reste stable, les consommateurs pensent que les entreprises roulent pour elles et pas pour leurs clients.

Les autres articles

Innovations

9 avril 2018

André Santini : « Pour faire la ville de demain, il faut des “smart mayors” et des acteurs publics qui osent »

Entretien avec André Santini, ancien ministre, maire d’Issy-les-Moulineaux et vice-président de la Métropole du Grand Paris.

Innovations

9 avril 2018

« IssyGrid », le précurseur français de la ville intelligente

La France, toujours frileuse en matière d’innovation ? La ville d’Issy-les-Moulineaux fait mentir cet adage, en tout cas en matière de « smart city », et développe depuis maintenant six ans son propre « quartier intelligent ».

Innovations

9 avril 2018

Smart city : chic et intelligence

Are you digital ready ? À l’occasion du Salon des maires d’Île-de-France 2018 (Paris Event Center, La Villette, du 10 au 12 avril), L’Hémicycle a souhaité faire le point sur la digitalisation de la région capitale.

Innovations

9 avril 2018

« Confronter les start-up à la réinvention du modèle communal »

Entretien avec Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes, président de l’Association des maires d’Île-de-France (Amif)

Politiques

22 février 2018

Sonia Krimi : le rêve d’une France de culture

C’est une jeune femme souriante qui nous reçoit dans son bureau de l’Assemblée nationale. Quand on l’interroge sur ces quelques cinq ou six mètres carrés où la députée de La...
Cultures

21 février 2018

Les raisons du « malheur législatif »

Denis Baranger, professeur de droit public à l’université Panthéon-Assas, publie Penser la loi, Essai sur le législateur des temps modernes (Gallimard). La grande histoire de la loi, ses nombreuses métamorphoses, des temps anciens à nos jours

fermer