Accueil / Débats / Vox Populi
arrowRetour
Débats

7 décembre 2011

Vox Populi

[caption id="attachment_2389" align="alignleft" width="150" caption="Robert Namias. L'Hémicycle"]Robert Namias. L'Hémicycle[/caption] Il était une fois un pays où les ouvriers votaient à gauche et les bourgeois à droite. C'est un temps que les moins de trente ans ne connaissent pas et que les électeurs de moins de cinquante ans ont oublié. En 1981, même si Georges Marchais avait déjà accusé une forte baisse, le PC était encore à 15%. Des scores aujourd'hui inaccessibles au point que même un leader du Front de gauche n'oserait en rêver. Au PS même constatation : une bonne partie de l'électorat populaire a déserté ce côté de l'échiquier politique pour passer avec armes et bagages à l'extrême de la droite, quand ce n'est pas directement au Front National. Conséquence, Nicolas Sarkozy n'est aujourd'hui pas mieux loti que son challenger socialiste. Lui aussi a vu filer au cours de son quinquennat le vote des classes moyennes qu'il avait réussi à récupérer en 2007 au point de déshabiller en partie la mouvance de Jean-Marie Le Pen. Bref, le peuple affiche plus que jamais une défiance dans ses élites qui pénalisera au premier tour de la présidentielle, les deux favoris de 2012.
Depuis 1958, droite et gauche n'ont pu gagner qu'en captant ces voix populaires. C'était déjà vrai pour de Gaulle, ça l'était encore pour Chirac et Sarkozy et évidemment pour Mitterrand. Du coup, l'actuel président et le candidat socialiste vont devoir trouver les arguments de campagnes qui attireront ces votes décisifs. Sarkozy jouera à l'évidence sur l'aspect protecteur de son rôle face à la crise, y compris en mettant à nouveau l'accent sur les questions de la sécurité et de l'immigration. Quant à Hollande, c'est sur l'emploi et le pouvoir d'achat qu'il va concentrer ses propositions. Chcun parlant d'une même voix pour dire sa volonté de réduire la dette. Et c'est bien là leur difficulté. Comment se différencier alors que les marges de manoeuvres sont quasi inexistantes ? Comment redonner envie à ces couches populaires qui considérent que l'un et l'autre ne sont que les deux visages d'une même politique ? Dans tous les cas, c'est celui qui s'avérera le plus convaincant auprès des plus modestes qui finira par l'emporter. En rassemblant mieux que l'autre au second tour.

Écrit par

Robert Namias

Les autres articles

Débats

4 avril 2017

Une femme comme les autres

Par Monique Pelletier, ancien ministre

 

Débats

4 avril 2017

« L’Europe renoue avec la croissance »

Entretien avec Harlem Désir, secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, chargé des affaires européennes.

Débats

4 avril 2017

« L’Europe est aujourd’hui plus faible »

Entretien avec Bruno Le Maire, député de l’Eure, ancien ministre de l’Agriculture.

Débats

4 avril 2017

Vladimir Fédorovski : « Poutine n’offre qu’une illusion de stabilité »

Ancien traducteur de Brejnev et diplomate, auteur de dizaines de best-sellers sur la Russie, l’ex-porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques vient de publier Poutine de A à Z (Stock).

Cultures

4 avril 2017

Le Traité de Rome en débat

Le traité de Rome a 60 ans : signé le 25 mars 1957 par l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas, il donne lieu en juillet de la même année à un débat de ratification très enlevé.

Débats

4 avril 2017

Clivages

La chronique de Marie-Ève Malouines

fermer