Accueil / Innovations / Smart city : chic et intelligence

Smart city : chic et intelligence

Are you digital ready ? À l’occasion du Salon des maires d’Île-de-France 2018 (Paris Event Center, La Villette, du 10 au 12 avril), L’Hémicycle a souhaité faire le point sur la digitalisation de la région capitale.

Faire le point pour fixer les choses et tenter de comprendre ce qui se passe sous nos yeux. Quitte à se prendre pour le dieu Chronos arrêtant pour un moment l’accélération du temps. Tant l’aspiration à devenir une smart city est devenue la nouvelle frontière politique de tous les élus territoriaux. Cette ville intelligente, qui rationalise les énergies, favorise la mobilité, mutualise les dépenses et les compétences au service d’une meilleure qualité de vie existe-t-elle ? Elle est l’objectif poursuivi concurremment aussi bien par la politique de transition énergétique, démarche volontaire, que par la révolution numérique, qui l’est peut-être moins.

Si l’accès au très haut débit à toute la population est un prérequis, et le choix par la France du déploiement de la fibre optique est acquis (un tiers des foyers français ont accès à la fibre optique contre 5 % en Allemagne, selon l’Idate, le think tank européen spécialisé dans l'économie numérique), les responsables territoriaux, quant à eux, ont à transformer en profondeur les offres de services intelligents pour les mettre au diapason de la révolution numérique. Big data, intelligence artificielle, Internet des objets, développement de l’économie collaborative, tout doit concourir à alléger le quotidien des citoyens. Trouver une place de parking disponible, calculer le niveau de pollution atmosphérique dans son propre environnement, connaître en temps réel la durée d’attente à l’entrée des sites touristiques, identifier les espaces de travail partagé près de chez soi… On comprend bien la nécessité d'accorder les grandes entreprises, celles qui détiennent les mégadonnées – les big data – aux usages et aux besoins des agiles start-up qui inventent et développent les applications internet, aux élus en charge de fabriquer la ville nouvelle. Mais existe-t-il un corps d’expert auprès de qui les élus trouveront les conseils pour décider, et les compétences pour conduire l’édification de la ville nouvelle devenue smart, pourvu qu’elle soit chic et intelligente ? Faudra-t-il se joindre aux Mariés de la tour Eiffel de Jean Cocteau : « puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs » ? Ou faudra-t-il avoir la nostalgie de la DDE, la direction départementale de l’équipement, avec son armée d’ingénieurs, excellents pour multiplier les réseaux de route et d’assainissement des eaux. Mais également responsables de l’urbanisme de dalle, du tout routier et de l’obsession des zones. Habitat. Travail. Artisanat. Circulation. Bien séparées. Tout ce que l’Intelligence veut réparer aujourd’hui. Pourtant des édiles franciliens, et depuis plus longtemps, ne se sont pas contentés d’intervenir pour libérer les terrains, et laisser faire. Mais ils ont choisi d’inscrire leur action dans une pensée plus complexe, en câblant très tôt leurs villes et (ou) en promouvant le passage au numérique. André Santini, maire bâtisseur d’Issy-les-Moulineaux, inscrivant la conversion au digital dans l’ADN de sa ville, et affectant des budgets conséquents dans la feuille de route numérique, année après année (on lira le reportage de Jean-Baptiste Favier en pages 26 et 27). Ou bien encore Patrick Braouezec, aujourd’hui président de l’Établissement public territorial Plaine Commune, en Seine-Saint-Denis ; cet ancien instituteur à Saint-Denis, troisième ville la plus peuplée d’Île-de-France, dont il sera le maire Front de gauche avant la présidence de l’EPT Plaine Commune, territoire qui héberge de nombreuses entreprises technologiques. « Je ne sais pas ce qui se cache derrière une smart city. Ce que je sais, c’est que vouloir rendre une ville intelligente en voulant tout voir et tout contrôler, outre le risque réel de dérive totalitaire, aboutit sûrement à déresponsabiliser, voire abêtir, avec des technologies mal maitrisées. » L’autre risque, selon Patrick Braouezec, fidèle à sa ligne de toujours, « c’est de vouloir tout privatiser, ce qui ferait que la puissance publique ne serait plus maître de sa ville ! »

Président de la communauté des 9 agglomérations (avant qu’elles ne forment un seul établissement territorial), il a convaincu chacune des 9 équipes municipales de réfléchir activement aux conséquences de l’automatisation et de la robotisation induites par le numérique sur le monde du travail. Les 420000 habitants de Plaine Commune étant déjà très touchés par le chômage. « Nous sommes partis de l’idée qu’il y a des compétences, des savoir-faire dans nos communes et nos quartiers et qu’une partie du travail local n’est pas reconnue. » Et de confier, à la mi-2016, au philosophe Bernard Stiegler, déjà très connu pour ses travaux sur la révolution digitale et ses conséquences (notamment au travers de l’association Ars Industrialis), un projet d’expérimentation inédit, mêlant chercheurs (Maison des sciences de l’Homme, université de Paris Nord) et habitants, pour faire de Plaine Commune « un territoire apprenant contributif ». Pour le philosophe-chercheur, « il s’agit d’inventer une disruption à la française et de faire en sorte que le territoire de Plaine Commune, qui est loin d’être avantagé mais fait preuve d’un dynamisme tout à fait frappant, devienne un laboratoire, une école, un lieu d’avant-garde, pour devenir une smart city telle que ces habitants la souhaitent, une truly smart city et non telle qu’on la définit trop souvent et qui nous semble invivable et sans doute insolvable ». Les promoteurs du projet se sont donné dix ans pour déboucher sur des programmes concrets. Sans attendre cette échéance, Patrick Braouezec a été lauréat du Grand Prix de l’initiative smart city du Grand Paris, à la fin de l’année dernière ; cette distinction lui a été remise par Marianne de Battisti, en charge de l’innovation chez Icade, filiale de la Caisse des dépôts. Le jeu de rôle des acteurs de la ville de demain se met en place. À noter qu’Orange et Dassault Systèmes soutiennent activement cette « recherche-action ». Orange cherche à développer des plateformes territoriales et des services de proximité associés. Dassault Systèmes manifeste un très fort intérêt pour les recherches et expérimentations autour du partage de notes et se montre très sensible aux problématiques de l’économie contributive. Stiegler, avec ses inattendus partenaires industriels, rêve d’un « système capable de faire de la recommandation contributive, permettant par l’analyse algorithmique des annotations, de recommander les travaux d’autres chercheurs, en vue de souligner convergence et divergence. Une sorte de dialogue socratique assisté par ordinateur. Quand on a 24 étudiants, c’est l’enseignant qui fait cela, mais c’est encore impossible – pour le moment – quand on est à la tête d’une ville ».

Après avoir cherché et trouvé les appuis nécessaires au lancement de l’expérience dans les ministères concernés, dont celui de l’Économie et des Finances dirigé à l’époque par Emmanuel Macron, Plaine Commune et Paris 8 se sont dotés d’un Centre de prospective numérique territorial, baptisé TerriNum, pour mobiliser l’ensemble de l’écosystème territorial en vue d’élaborer sa stratégie numérique. Plaine Commune est marquée par la présence historique d’acteurs de l’image (studios de cinéma et de télévision, prestataires techniques, pôle media Grand Paris…), rejoints plus récemment par des acteurs des télécoms, comme Orange et Numéricable SFR, et leurs data centers.

L’AMIF, l’association des maires d’Île-de-France, a pris très tôt la mesure de la révolution numérique naissante. Si Milan, en Europe, fait figure de pionnière, si Dijon ou Montpellier n’ont pas attendu Paris pour se « fibrer », l’AMIF a favorisé la fertilisation croisée entre cités intelligentes. Pour passer de la smart city à la smart région, le vice-président de l’association Jacques J.P. Martin, maire de Nogent-sur-Marne, a confié à son adjoint Christophe Ippolito, serial entrepreneur du Web de 45 ans, passé par HEC, la présidence de la commission numérique : le noyau dur des élus les plus geeks de la région Île-de-France, au sein de laquelle on note que les plus digital minded ne sont pas forcément les plus jeunes. Une communauté assidue à ses rendez-vous mensuels d’échanges de bonnes pratiques, entre élus, mais pas seulement, avec également les grandes entreprises du new business qui les courtisent. Dans ce groupe, le concept de smart city n’est ni un fantasme, s’il l’a été un jour, ni un sujet de recherche appliquée. On y met au point la GRC, comprenez la « gestion relation citoyen ». Ou comment le numérique transforme la nature même de la relation 1x1 (traduisez par « one on one », en langage smart city) entre la ville et le citoyen, en l’individualisant. Christophe Ippolito dit partager avec ses collègues, de tous bords politiques confondus, le souci de combler la fracture numérique. En déployant la fibre, d’abord et avant tout, mais également en favorisant le financement des bonnes idées. « Il existe beaucoup d’incubateurs de start-up en Île-de-France. Beaucoup qui existent déjà et fonctionnent très bien. Soutenues par des collectivités ou nées d’initiatives privées. La Station F de Xavier Niel est en passe de devenir le plus grand incubateur du monde. Franchement, nous n’avons pas à envier la Californie. La French Touch est bien vivace et le terrain francilien est de plus en plus fertile. » Il existe pourtant un risque, celui que les grandes entreprises absorbent trop vite les start-up incubées, et ne les laissent pas grandir ; sous prétexte d’accélérer la croissance elles absorbent les start-up, comme s’il s’agissait d’un outil dont elles ont besoin. Or l’agilité des jeunes pousses, leur « jeu de jambe » créatif, a besoin de temps et de confiance pour se déployer. Et de personnes qui les comprennent. Christophe Ippolito imagine que les gros industriels puissent mutualiser leurs investissements en matière de recherche et de développement dans des incubateurs communs, plutôt que d’isoler les pépites que chacun d’eux convoitent. Il attend beaucoup également de l’échelon régional.

Et Valérie Pécresse en personne ne rate pas une occasion de glorifier l’avenir numérique de sa région. « Il nous faut désormais passer à la vitesse supérieure et diffuser l’esprit smart sur tout le territoire et dans tous les domaines : c’est l’objet de la Smart Initiative, un programme qui s’appuie sur les usages et les besoins des Franciliens pour développer des services intelligents. Il s’agit de poser les fondements d’une nouvelle société, plus collaborative, plus agile, plus inclusive. » Rien de moins.

En attendant, la première étape sera la création (tant attendue par l’AMIF) d’une plateforme de données collectées par la Région et les organismes associés, dont l’Institut d’aménagement et d’urbanisme IAU, mais aussi par des partenaires privés. L’IAU, dont les cahiers du numérique, publiés en novembre de l’année dernière, constituent la somme la plus documentée sur la question, devrait être le maitre d’œuvre de ladite plateforme.

Dans Paris intra-muros, au cœur du Sentier, et sans que la Station F ne lui fasse de l’ombre, existe Numa, un lieu privé, voué depuis sa création en 2011 à devenir « l'accélérateur de start-up pionnier en France ». Numa apporte son expertise à des start-up matures, ayant déjà une validation forte de leur marché (chiffre d'affaires mensuel supérieur à 10K€) ou de l'écosystème (levée de fonds entre 300K€ et 1M€) contre 3,5 % de prise de participation. C’est carré, sans promesse inutile, et ça marche. Son plus récent programme d’open innovation, et sans doute le plus ambitieux, se nomme Data City Paris. Chaque programme dure un an. Il entre dans sa troisième édition. Il a pour but d’utiliser les données publiques et privées afin d’inventer puis de produire des solutions innovantes aux problématiques de nos villes. Il fait collaborer la Ville de Paris, les plus grands groupes français, entre autres Bouygues, Suez, Engie, BNP Paribas et les meilleures start-up tech et data. Son animateur, Emmanuel Léger, a commencé sa carrière chez Total, en sortant d’HEC.

À ceux qui pourraient craindre pour la sécurité de leur vie privée (et la récente mise en cause de Facebook pour n’avoir pas dénoncé l’utilisation par une société spécialisée de ses bases de données à des fins électorales peut légitimement accroître leurs soupçons), Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État en charge du Numérique, vient fort opportunément de rappeler le 13 mars dernier, à la Conférence du Big Data, l’entrée en vigueur dès le 25 mai prochain du Règlement général de la protection des données RGPD. « Il faut que les entreprises, surtout les petites qui n’ont pas l’habitude de ces procédures, prennent ce nouveau label non pas comme une contrainte, mais comme une opportunité. Je les appelle à plus de transparence dans leur processus. »

Sur le modèle de ce qui se passe dans les territoires, l’État prévoit enfin d’inviter les start-up de la Green Tech au déploiement des outils qu’il va mettre en place pour aider les collectivités à élaborer leurs plans climat air énergie (PCET). Brune Poirson, la secrétaire d’État en charge de la Transition énergétique, vient d’annoncer qu’« un nouveau dispositif plus complet d’accès aux données sera mis en place progressivement et intégré à la plateforme nationale data.gouv.fr. Un concours sera lancé auprès des start-up dans les prochaines semaines par le ministère sur la visualisation des données énergétiques. Enfin, un lab sera ouvert sur ces données dans les incubateurs pour échanger et partager la connaissance ». Ces deux jeunes ministres « experts » de la macronie ont été choisis précisément pour leur expérience professionnelle dans le secteur que couvrent leurs ministères. La révolution numérique est contagieuse. Elle commence par la périphérie territoriale avant de gagner l’État central. C’est donc bien une révolution.

Écrit par

Brice Lefranc

Les autres articles

Innovations

9 avril 2018

L’émergence des bureaux intelligents

par Mathieu Andrieu et Iman Morshedi, architectes (RAAM Architecture)

Innovations

9 avril 2018

André Santini : « Pour faire la ville de demain, il faut des “smart mayors” et des acteurs publics qui osent »

Entretien avec André Santini, ancien ministre, maire d’Issy-les-Moulineaux et vice-président de la Métropole du Grand Paris.

Innovations

9 avril 2018

« IssyGrid », le précurseur français de la ville intelligente

La France, toujours frileuse en matière d’innovation ? La ville d’Issy-les-Moulineaux fait mentir cet adage, en tout cas en matière de « smart city », et développe depuis maintenant six ans son propre « quartier intelligent ».

Innovations

9 avril 2018

« Confronter les start-up à la réinvention du modèle communal »

Entretien avec Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes, président de l’Association des maires d’Île-de-France (Amif)

Innovations

21 février 2018

Grand Paris : l'attractivité réinventée de la métropole

Quelle place demain pour le Grand Paris dans la concurrence des grandes métropoles ?

Innovations

5 mars 2014

La neutralité du Net dans la main des députés européens

©AFP Faut-il laisser aux opérateurs de télécom la possibilité de répartir la bande passante selon leurs propres critères ou les obliger à transmettre les données sans discrimination ? Les...
fermer